• Je vois ce corps... corps laid... enrobé de sucre bon marché... mal raffiné... ce sucre trop gras... trop riche... moche... Je vois cette peau... mal lissé... trop foncé... informe... comme un drap de mauvaise qualité... mal coupé... je vois ce corps qui s'affine... mais ce n'est jamais assez... jamais... je vois toujours ces rondeurs...
    Je ne mange rien... je boude mon dernier ami... mon dernier secour... ma bouée... je la bousille... je débloque avec la nourriture... je ne mange rien... puis je mange des quantités incroyables... et puis je vomie... je cours, je cours... je fais des efforts... Je veux mincir... être pure et simple... et la balance dégringole... la balance m'insulte avec ses chiffres affolants... je veux qu'on ne me voit plus tellement je serai mince... vomi vomi...

    votre commentaire
  • Mal... mal là... ici... tu sens un coeur qui bat ?... Non, il ne bat plus... oui j'ai mal là... il est froissé... oui, je l'ai écrasé... il criait trop fort, j'ai juste voulu le faire taire... Oui, j'ai très mal là... oui... cela ne durera pas... cela ne durera plus... Oui... il pleurait trop fort et je l'ai cousu n'importe comment... c'était drôle... oui, on voit encore les trous des aiguilles... Il est fichu maintenant... Oui, il pleurait vivement... je n'aimait pas... il me tordait de douleur... maintenant c'est mieux... je l'ai broyé... massacré... piétiné... Oui, je l'ai fait taire... il ne sanglotte plus maintenant... il ne hurle plus sa peine... J'ai rangé la bouilli qu'il en restait dans un petit coffre... il ne criait plus... là dedans je l'oublierai... je ne l'entendrai plus me soudoyer de pleurer... là-dedans... il va moisir et me laisser en paix... Et puis je le donnerai peut-être à quelqu'un qui saura le réparé... qui voudra le réparé... pour l'instant, il reste enfermé là... en bouilli mal recousue... Oui... tu ne sens plus rien là... rien ne bat... je suis insensible... mais pourtant... oui... j'ai mal là...


    votre commentaire
  • En un regard... trahir ce que je cache si bien... lorsque je dérive rapidement et que je ne contrôle plus mon allure... un petit éclair passe dans mes pupille... et un instant, n'importe qui peut se heurter à la détresse qui transparait dans mes yeux... imperceptible... incontrôlable dérive... ces moment pendant lesquels je pense, je folte... et où mon corps ne veut plus ce taire... dans ce regard rapide... un peu bancal un peu malade... c'est une longue angoisse qui ressurgit... n'importa qui pourrait traduire ce regard...

    6 commentaires
  • Longtemps que je n'avais pas étallé quelques mots dans ma demeure... Le temps file... la vie avance... beaucoup à faire... pas tellement le temps de penser à vrai dire... c'est peut-être mieux... je sais qu'un jour ça va craquer... je sais que je vais me refaire un moment de crise... mais pour l'instant, je m'en préserve... Je travaille pour oublier tout le reste... j'encaisse et minimise, c'est ce qu'il faut faire... oui, un jour, ça va craquer... mais demain est un autre jour... aujourd'hui... je vais, je viens... Je trouve triste de ne venir chez moi que lorsque je suis au plus bas... qu'à chaque fois je cherche par n'importe quel moyen à me raccrocher à la vie... qu'à chaque fois j'ai mal au coeur comme si on me le broyait sans pitié aucune... ici n'est pas un cahier de doléance... même si ma vie est pathétique, ce lieu n'est pas que cela... c'est plus que ma vie, c'est moi... donc quand je vais moins mal... je le dis, parce que finallement c'est aussi moi... ce qui est affreux et qui est aussi moi, c'est que je suis grosse, mais grosse... hyperfagie traitre... je n'arrive pas à maigrir... j'excècre mon corps... avez-vous des méthodes pour avois un corps dépourvu de rondeur lorsque des gens sont toujours sur vous pour que vous vous nourriciez normallement... ? Voilà, je ne dit rien d'exceptionnel parce que ma vie est tout ce qu'il y a de plus banal... sinon qu'on m'a demandé si c'était carnaval... peut m'importa, quand je ne suis pas en état de dépression approfondie, j'emmerde ceux qui se moquent... ils sont bien plus ridiculs que moi... si seulement je pouvais m'en convaincre au fond de moi !...

    votre commentaire
  • Au secours... je vois que je coule... je le vois, je le vois pitié... de jour en jour, je vois que je tombe un peu plus bas, et en même temps je me pousse dans cette voix... je suis entrée dans un monde... dans un cercle, une spiral infernale... je ne fais que m'y perdre... je n'arrive pas à retourner en arrière... je me perd complètement... je suis dans un trou... dans un univers qui m'échappe... à l'aide... je me bats pour sortir, j'essai de voir un peu de lumière... mais je ne voit rien que le fond de ce gouffre sans fin... je veux m'en sortir, et je n'y arrive pas... à chaque fois je me dis que je ne recommencerai pas... que je vais mieux... chaque fois je me dis que je vais faire un effort et manger, et tout avaler, et tout garder... chaque fois je me ments un peu plus... j'en ai marre de me trahir et d'abuser de ma confiance... encore une fois je vais faire le serment de faire des efforts monstrueux pour positiver... et ça marche un moment... et puis un rien fait tout s'effondrer, et finallement c'est pire qu'avant... Au secours... je veux sortir de là mais je n'y arrive pas... et je ne veux pas d'aide... mais j'ai besoin d'aide... je suis perdue... je rêve un jour d'une main enchanté vers moi... qui m'aiderait... qui m'aimerait... que je chouchouterai... je me plierai à elle et serai liée à elle... une grande main fine... immense... qui me prendrait dans sa peume comme une poupée miniature... et qui me ferait jouer... elle me redonnerait vie et m'articullerait selon ses envies... mais par pitié... je meure... je vois que je meure et souvent je m'en satisfait... tout en ayant honte de ce que je suis, et voullant finir de cela pour arrêter ce vaste menonge qu'est ma vie... pitié... je haie ce mot... mais pitié... je suis tombée bien bas...


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires